CQFD

Et si on parlait de recherche qualitative...

N°3 - septembre 2020

Mains libres N°3 - septembre 2020

Et si on parlait de recherche qualitative...

Etienne DAYER
PT, MSc, PhDc, HES-SO Valais-Wallis filière physiothérapie, rédacteur associé de Mains Libres

Introduction

En 2003, Gibson et Martin(1) publiait un article intitulé « Qualitative Research and Evidence-based Physiotherapy Practice ». Les auteures argumentaient de la pertinence de la recherche qualitative au sein de l’evidence based practice malgré un faible nombre de publications. En 2012, soit près de dix ans plus tard, Schoeb2) faisait le même constat.

En tant que superviseur de travaux de Bachelor au sein de la HES-SO Valais-Wallis depuis plusieurs années, je constate qu’il n’est pas aisé d’orienter les étudiant.e.s vers des recherches de type qualitatif. De plus, le temps d’enseignement dédié à la recherche qualitative est bien inférieur au temps destiné aux approches quantitatives.

L’objectif de cet article est double. Premièrement, nous définirons succinctement la recherche qualitative. Ensuite, nous esquisserons les critères de qualité de ces approches.

Objet de la recherche qualitative

Définir la recherche qualitative ainsi que son objet n’est pas chose aisée car elle est trop souvent mise en opposition à la recherche quantitative(3). Pour Denzin et Lincoln(4), la recherche qualitative est une activité située dans laquelle un acteur observe le monde. Cette approche compréhensive nait au XIXe siècle déjà en opposition à une approche plutôt explicative. La recherche qualitative a pour objet les acteurs, leurs paroles, leurs actes, leurs pensées ainsi que les liens avec le contexte et la situation. Le chercheur se positionne dans un approche compréhensive du comportement des acteurs au sein d’une situation dans toute sa complexité(5). Les questions du « comment » et du « quoi » des interactions, des expériences des individus, des processus sociaux sont au cœur de la recherche qualitative. En éducation médicale, il s’agit donc de s’intéresser aux relations patients-thérapeutes, au processus de raisonnement clinique, à la prise de décision ou encore aux questions identitaires(6).

Comme le soulignent Delefosse et Bruchez(7) : «Au-delà de leur hétérogénéité, leur particularité consiste à s’ intéresser à l’analyse de cas concrets, en situation, le plus souvent complexes, dans leurs singularités et non pas dans leur universalité, donc proches des cas rencontrés dans les pratiques. Elles s’ intéressent davantage aux processus en mouvement, qu’à une image fixe et quantifiée de la vie.»

En fonction de la question posée, le type de recherche peut varier (Tableau 1).

La recherche qualitative se caractérise donc par une visée compréhensive avec comme finalité de comprendre l’action dans une situation donnée. Les sources de données sont multiples et permettent d’assurer son objectivité. Traditionnellement, on en dénombre six :

  • Observations directes ;

  • Entretiens ;

  • Traces d’archives – notes prises par le chercheur ;

  • Documents

  • Observation des participants

  • Artefacts physiques.(5)

Différentes approches en recherche qualitative

Creswell et Poth(8) distinguent cinq principales approches utilisées en recherche qualitative : l’approche narrative, l’approche phénoménologique, l’approche ethnographique, l’approche par étude de cas et l’approche grounded theory. Celles-ci se distinguent par leurs objectifs et par le type de données recueillies (Tableau 2).

Critères de qualité de la recherche qualitative

Dans leur définition de la médecine basée sur les preuves (EBM), Sackett et al.(9) soulignent que la pratique de l’EBM repose sur la subtile combinaison entre l’expertise clinique individuelle avec les meilleures évidences cliniques externes basées sur des recherches systématiques. De ce fait, la recherche qualitative est souvent située au plus bas niveau de la recherche(10).

Afin que la recherche qualitative soit mieux prise en compte, il apparaît nécessaire de développer la confiance dans ses résultats par un travail sur la fiabilité. Une importance particulière doit être accordée aux critères de fiabilité. Ceux-ci doivent pouvoir être compris et utilisés notamment par les chercheurs « quantitatifs »(11).

Les principales critiques adressées à la recherche qualitative sont :

  • Manque de rigueur de l’échantillonnage ;

  • Peu de fidélité et constance des données ;

  • Absence de reproductibilité ;

  • Faiblesse dans la validité et l’explication.(12)

Il est communément admis que le statut scientifique d’une recherche dépend de la qualité de la méthodologie et que celle-ci soit adaptée à l’objet d’étude. Comme le soulignent Miller et Dingwall(13), les méthodes qualitatives produisent des résultats valides à condition qu’il y ait une adéquation avec l’objet d’étude. Néanmoins, comme dans toute méthode de recherche, des limites sont constatées.

Lorsque l’on souhaite déterminer des critères de fiabilité de la recherche qualitative, trois types postures sont sou-vent évoqués :

  • Toute recherche, qu’elle soit qualitative ou quantitative, doit se soumettre aux mêmes critères de fiabilité ;

  • La recherche qualitative doit être évaluée avec les critères de la recherche quantitative en y ajoutant quelques spécificités propres ;

  • L’épistémologie, l’objet, la visée, les méthodes de la recherche qualitative n’étant pas les mêmes que pour la recherche quantitative, les critères d’évaluation de la recherche qualitative doivent donc être spécifiques(7).

Nous nous retrouvons donc face à un grand nombre de grille d’évaluation. Delfosse et Bruchez(7) soulignent : « On a donc un champ sémantique des critères d’ évaluation qui reste très problématique : plus ces grilles sont compréhensibles, plus elles sont proches des critères quantitatifs, car il n’y a pas beaucoup de critères, et ce quantitatif, on le connaît. Plus ces grilles sont proches des critères qualitatifs, plus elles sont complexes, plus on observe une grande dérive sémantique par analogies, par ressemblances de termes qui se différencient du voisin. »

Quels sont donc les critères que nous devons retenir en sciences de la santé lorsque nous abordons une recherche qualitative ?

Drapeau(14) propose de s’attarder sur cinq éléments décrits dans le Tableau 3 :

Quelle que soit la méthode de recherche, nous pouvons nous appuyer sur les critères suivants afin d’en évaluer la qualité :

  • Exposé de la question de recherche ;

  • Description de la procédure de recherche ;

  • Argumentation du cadre de référence théorique ;

  • Exposé des résultats et argumentation de leur analyse ;

  • Discussion de la validité, fidélité et réflexivité du travail de recherche ;

  • Débat, ouverture, sur la valeur de la recherche(12).

Sur la base de ces critères, Santiago-Delfosse propose une grille permettant d’évaluer la qualité d’un article issu d’une recherche qualitative mais qui peut tout aussi bien guider les chercheurs dans leurs démarches qualitatives (Tableau 4).

Conclusion

En respectant les différents critères évoqués plus haut, le chercheur (et le lecteur) peut donc garantir la qualité d’une recherche qualitative. Complémentaires aux approches quantitatives, les méthodes qualitatives permettent d’aborder d’autres types de questions et de s’intéresser aux interactions, aux processus, à l’adéquation d’une prise en charge particulière dans un contexte donné.

Références

1. Gibson BE, Martin DK. Qualitative Research and Evidence-based Physiotherapy Practice. Physiotherapy. 1 juin 2003 ;89(6) :350-8.

2. Schoeb V. La recherche qualitative en physiothérapie : quelle place mérite-t-elle ? Kinésithérapie Rev. 1 juill 2012 ;12(127) :85-93.

3. Brown C, Lloyd K, Lapeyronnie TB, Thurin J. Méthodes qualitatives dans le domaine de la recherche psychiatrique. Adv Psychiatr Treat. 2001 ;(7) :350-8.

4. Denzin NK, Lincoln YS. Handbook of qualitative research. Thousand Oaks (CA) : Sage Publications ; 2000.

5. Dumez H. Qu’est-ce que la recherche qualitative ? Libellio AEGIS. 2011 ;7(4-Hiver) :47-58.

6. Pelaccia T, Paillé P. La recherche qualitative en pédagogie médi-cale : histoire, pratique et légitimité. Pédagogie Médicale. 1 avr 2011 ;12(3) :179-92.

7. Delefosse MS, Bruchez C. Critères de qualité de la recherche quali-tative : enjeux et complexité. Bull Psychol. 28 déc 2015 ;Numéro 539(5) :409-14.

8. Creswell JW, Poth CN. Qualitative inquiry and research design : Choosing among five approaches. Thousand Oaks : Sage publications ; 2007.

9. Sackett DL, Rosenberg WMC, Gray JAM, Haynes RB, Richardson WS. Evidence based medicine : what it is and what it isn’t. BMJ. 13 janv 1996 ;312(7023) :71-2.

10. Leys M. Health technology assessment : the contribution of quali-tative research. Int J Technol Assess Health Care. 2003 ;19(2) :317.

11. Pope C, Mays N. Qualitative research in health care. London : BMJ ; 2004.

12. Santiago-Delefosse M. Évaluer la qualité des publications : Quelles spécificités pour la recherche qualitative ? Prat Psychol. 1 sept 2004 ;10(3) :243-54.

13. Miller G, Dingwall R. Context and method in qualitative research. Thousand Oaks (CA) : Sage Publications ; 1997.

14. Drapeau M. Les critères de scientificité en recherche qualitative. Prat Psychol. 1 mars 2004 ;10(1) :79-86.