Nouvelles de santé

N°3 - septembre 2020

Mains libres N°3 - septembre 2020

Les charges cumulées pourraient expliquer comment l’indice de masse corporelle et la marche quotidienne sont liés à l’aggravation des lésions du cartilage du genou sur deux ans: l’étude MOST (Multicenter Osteoarthritis Study)

D. VOINIER et coll.

Using Cumulative Load to Explain How Body Mass Index and Daily Walking Relate to Worsening Knee Cartilage Damage Over Two Years: The MOST Study. Arthritis Rheumatol. 2020;72(6): 957-965. doi: 10.1002/art.41181.

Résumé

Objectif

Les lésions du cartilage articulaire du genou sont souvent liées à une surcharge mécanique. Cependant, le cartilage nécessite une certaine charge mécanique pour rester en bonne santé, ce qui suggère que tant la sous-charge que la surcharge peuvent lui être préjudiciables. Cette étude a été conduite afin d’examiner la détérioration du cartilage du genou liée à la surcharge et la sous-charge en définissant la charge cumulée comme étant les effets conjoints de l’indice de masse corporelle (IMC) et de la charge quotidienne de marche, et d’examiner la relation entre les charges cumulées et l’aggravation des dommages causés au cartilage sur une période de deux ans.

Méthodes

Pour cette étude, les données de l’étude multicentrique sur l’arthrose MOST (Multicenter Osteoarthritis Study) ont été utilisées. Le nombre quotidien de pas, mesuré au moyen d’un accéléromètre, et les indices de masse corporelle (IMC) ont été calculés lors de la 5ème année de l’étude. Les lésions du cartilage ont été évaluées par IRM en utilisant le Whole-Organ Magnetic Resonance Imaging Score (WORMS) entre la 5e et la 7e année de l’étude MOST; l’aggravation des dommages a été définie comme une augmentation du score WORMS sur 2 ans. Les rapports de risque (RR) et les intervalles de confiance à 95 (95 % des IC) ont été cal-culés par régression binomiale, avec ajustement des facteurs de confusion potentielle.

Résultats

Cette étude a inclus 964 participants, dont 62% de femmes, avec un âge moyen 66,9 ± 7,5 ans. Les participants avaient un IMC moyen de 29,7 ± 4,8 kg/m2 et marchaient en moyenne 7 153 ± 2591 pas par jour. Les participants qui ont effectué un nombre modéré de pas par jour (entre 6000 et 7900 pas) ou un nombre quotidien élevé de pas (> 7900) et avaient un IMC élevé (> 31 kg/m2) présentaient un risque plus élevé d’aggravation des lésions cartilagineuses de l’articulation tibio-fémorales médianes (RR 2,83 [IC 95%]) 1,46-5,48] et RR 2,61 [IC 95 % 1,50-4,54], respectivement) par rapport à ceux qui ont effectué un nombre quotidien de pas similaire, mais qui présentaient un faible IMC (18-27 kg/m2). Les participants ayant un faible nombre de pas par jour (< 6000) et un faible IMC présentaient un risque plus élevé d’aggravation des lésions du cartilage de l’articulation tibio-fémorale médiane et de l’articulation fémoro-patellaire latérale (RR 2,03 [IC 95 % 1,06-3,92] et RR 2,28 [IC 95 %]) 1,06-4,85], respectivement) par rapport à ceux qui marchaient un nombre quotidien élevé de pas et avaient un faible IMC. Les estimations des lésions cartilagineuses attribuées aux charges cumulées sur les autres compartiments du genou n’étaient pas statistiquement significatives.

Conclusion

Cette étude fournit des preuves préliminaires que la surcharge et la sous-charge peuvent être préjudiciables au cartilage de l’articulation tibio-fémorale médiale, et une sous-charge peut être préjudiciable au cartilage de l’articulation fémoro-patellaire latérale

Risque d’arthrose du genou après différents types de blessures au genou chez les jeunes adultes: une étude de cohorte basée sur la population

B. SNOEKER, A. TURKIEWICZ, K. MAGNUSSON et al.

Risk of knee osteoarthritis after different types of knee injuries in young adults: a population-based cohort study, Br J Sports Med. 2020;54:725–730, DOI: 10.1136/bjsports-2019-100959

Résumé

Objectif

L’objectif de cette étude était d’estimer le risque d’arthrose du genou cliniquement diagnostiqué après différents types de blessures au genou chez de jeunes adultes.

Méthode

Dans cette étude de cohorte longitudinale basée sur des données de santé publique de la région de Skåne, en Suède, toutes les personnes âgées entre 25 à 34 ans de 1998 à 2007 (n = 149 288) avec et sans diagnostic de blessure au genou selon la Classification Internationale des Maladies (CIM)-10 ont été inclues. Les auteurs ont estimé le rapport de risque (Hazard Ratio) des futurs diagnostics d’arthrose du genou chez les personnes blessées et non blessées en utilisant la régression de Cox, ajustée pour tenir compte des facteurs de confusion potentielle. Ils ont également étudié l’impact du type de blessure diagnostiqué (contusion, frac-ture, luxation, déchirure méniscale, lésion du cartilage, déchirure du ligament collatéral, déchirure des ligaments croisés et d’autres types de blessure du genou) sur le risque d’arthrose du genou.

Résultats

5247 personnes (âge moyen 29,4 (2,9) ans, 67% d’hommes) ayant eu une blessure au genou et 142 825 personnes (âge moyen (ET) 30,2 (3,0) ans, 45 % d’hommes) n’en ayant pas eu ont été inclues dans cette étude. Le rapport de risque ajusté était de 5,7 (IC 95 % 5,0 à 6,6) pour l’arthrose du genou diagnostiquée chez les personnes blessées par rap-port aux personnes non blessées pendant les 11 premières années de suivi et de 3,4 (IC 95 % 2,9 à 4,0) pendant les 8 années suivantes. La différence de risque (RD) correspondante après 19 ans de suivi était de 8,1 % (IC 95 % 6,7 à 9,4 %). Les lésions des ligaments croisés, les déchirures méniscales et les fractures du plateau tibial et de la patella étaient associées à la plus forte augmentation du risque (RD de 19,6 % (IC 95 % 13,2 à 25,9 %), 10,5 % (IC 95 % 6,4 à 14,7 %) et 6,6 % (IC 95 % 1,1 à 12,2 %), respectivement).

Conclusion

Chez les jeunes adultes, les blessures au genou multiplient par six environ le risque de diagnostic futur d’arthrose du genou, les risques les plus élevés étant observés après une lésion des ligaments croisés, les déchirures méniscales et des fractures intra-articulaires